Janvier 2021. Nous sommes 75 ans après la création de la Sécu, 120 ans après la naissance de son cofondateur Ambroise Croizat, ministre communiste. Pendant toutes ces années, les pouvoirs politiques n’ont pas épargné leurs  efforts pour remettre en cause les acquis de cette réforme, sans doute la plus forte que l’on ait jamais produite, et cela  souvent au nom de la modernité contre les archaïsmes. En 45 la France sortait exsangue de six années de guerre, cumulées aux difficultés économiques et sociales de la période entre les deux guerres. Grâce à l’ambition politique des communistes, le système de Sécurité Sociale a permis de garantir à chaque salarié-e le droit à la santé et à la retraite pour tous, le droit à la dignité. Il s’agit d’une conquête sociale et politique majeure qu’il convient de défendre contre toutes les attaques du patronat et de ses soutiens politiques.

La Sécurité sociale est fondée sur un système solidaire, universel et équitable dont les milliards d’euros de budget assis sur les cotisations échappent aux appétits infinis du marché. Elle est basée sur un principe communiste : De chacun selon ses moyens, à chacun selon ses besoins.  On comprend ainsi aisément les raisons de cet acharnement des libéraux depuis trois quarts de siècle. 

Ambroise CROIZAT

“La sécurité sociale est la seule création de richesse sans capital. La seule qui ne va pas dans la poche des actionnaires, mais est directement investie pour le bien-être de nos citoyens. Faire appel au budget des contribuables pour la financer serait subordonner l’efficacité de la politique sociale à des considérations purement financières. Ce que nous refusons.” 

 

Bien sûr, il faut se garder de toute comparaison entre 1945 et  la situation actuelle, mais ce que l’on voit c’est la profondeur de la crise actuelle : 

  • la perturbation de la vie quotidienne de tous sans exception. 
  • le fléau qui a tué déjà plus de 70 000 de nos concitoyens, 
  • les défaillances de l’Etat, aujourd’hui pour la vaccination et qui sèment  la honte au pays de Pasteur
  • la crise structurelle du système économique, la défiance et la colère impuissante se nourrissent de ce terreau et favorisent les menées de  l’extrême-droite.  

 

Comme ce fut le cas il y a 75 ans, la grave situation actuelle appelle la création de nouvelles institutions de même importance que la Sécu, qui répondent à la crise profonde du système capitaliste. Dans le domaine de l’emploi, pour lutter contre le chômage et la précarité, les communistes proposent une véritable Sécurité de l’emploi, de la formation et du salaire de la jeunesse à la retraite.