Nous ne sommes pas encore sortis de la crise sanitaire, que déjà, les décisions tombent et vont pénaliser la majorité des français.
Le prix du gaz a été augmenté de 4.4% en juin, de 10% en juillet, de 5.3% en août, de 8.7% en septembre et va subir une nouvelle hausse de 12,7% en octobre et l’électricité a connu une
augmentation de 50% en 10 ans.

Alors même que la privatisation et la mise en concurrence avaient été annoncées, il y a quelques années, comme un moyen de faire baisser les prix. En somme, c’est le
même scandale que celui de la privatisation des autoroutes.

Il est pourtant possible aujourd’hui de bloquer les prix. Fabien Roussel, candidat à l’élection présidentielle, porte l’ambition d’une baisse conséquente des tarifs, afin de sortir des millions de français de la précarité énergétique.

Comment cela est-il finançable ?

En renationalisant EDF et ENGIE, on redonne la main à l’intérêt général et on supprime ainsi les profits exorbitants des actionnaires.

La création d’un pôle public de l’énergie permettra également d’agir contre le réchauffement climatique en développant le mix énergétique associant le nucléaire et l’hydraulique.

Seul le service public peut permettre que ces énergies soient contrôlables, sûres, efficaces, créatrices d’emplois et de développement économique.

La réponse écologique aux défis climatiques ne peut être punitive, elle doit être juste et s’appuyer sur une politique sociale.

ET VOUS, COMBIEN POUVEZ-VOUS ÉCONOMISER ?