L’ancienne redoute des Hautes Bruyères à Villejuif est la propriété de l’Etat. Laissée à l’abandon par son propriétaire, elle est depuis plusieurs mois envahie par un dépôt de
déchets industriels insupportables pour tous et qui ne cesse de s’étendre. Le lieu est aussi occupé par des familles pour qui un hébergement doit être organisé et de jeunes enfants
pour qui un accompagnement humanitaire doit être assuré.

La situation unique du site des Hautes-Bruyères impose pour son avenir beaucoup d’ambitions :

• Il est situé au cœur de la vallée scientifique de la Bièvre
• Dans le projet « Campus Grand Parc »
• Au pied de la station de métro au carrefour des lignes 14 et 15
• Avec au centre le parc départemental.

Il voit donc converger des enjeux essentiels pour l’emploi, le logement, l’environnement et la recherche scientifique. Le besoin se fait cruellement sentir aujourd’hui devant
l’incapacité de notre pays à produire le vaccin pour s’attaquer résolument à la pandémie. Interpellé par le maire Pierre Garzon, le président Macron en visite à l’IGR a souscrit à sa
demande d’inscrire le lieu de la redoute dans le projet scientifique. Mais, surprise, quelques jours plus tard sa ministre Schiappa propose d’installer dans la durée à la redoute une … entreprise de traitement des déchets.

Non ! Ce lieu n’a pas vocation à devenir la décharge industrielle de la région.
Les Villejuifois ne méritent pas cela. Plutôt qu’un gouvernement incohérent, ils ont surtout besoin qu’il réponde aux enjeux environnementaux, humains, industriels et sociaux de
tous.

Immédiatement il doit engager la dépollution de la redoute et gérer avec ses services le suivi social et sanitaire des familles occupant les lieux.

Nous mettons à votre disposition la pétition pour que votre opinion soit entendue :

https://www.change.org/p/a-monsieur-le-ministre-de-l-int%C3%A9rieur-fermeture-imm%C3%A9diate-de-la-d%C3%A9charge-sauvage-sur-la-redoute-villejuif